jeudi 12 janvier 2012

L'amitié: Novalis et Friedrich Schlegel

Le romantisme est d´abord et avant tout une histoire d´amitiés. Il y a peu d´exemples de mouvements littéraires où les relations des membres aient été autant conditionnées par des liens d´amitié et par des solidarités personnelles. Le groupe romantique s´est constitué au fil de quelques rencontres dont la plupart ressemblent à des coups de foudre. Dès le départ, le noyau du groupe est d´ailleurs structuré autour d´une fraternité qui sert vite de modèle aux autres compagnons. Les frères Schlegel rassembleront autour d´eux ce que Novalis appellera un « directoire philosophique» , que l´on peut plutôt qualifier de fratrie intellectuelle.
En janvier 1792, Friedrich Schlegel et Friedrich von Hardenberg (qui prendra plus tard le pseudonyme de Novalis) se rencontrent à Leipzig. Tous deux sont étudiants, et le récit que le plus âgé d´entre eux a fait de cette amitié naissante nous renseigne sur le climat émotionnel qui a présidé à l´apparition du phénomène romantique. Friedrich Schlegel écrit en effet à son frère : « Le destin m´a amené un jeune homme dont on peut tout attendre. Il m´a plu beaucoup et je suis venu vers lui, car il m´a offert très vite tout entier le sanctuaire de son cœur. » L´amitié romantique est passionnelle, elle engage des valeurs morales et humaines auxquelles les deux amis ne peuvent renoncer, et c´est d´ailleurs à partir de ces valeurs que le débat intellectuel peut avoir lieu . Dans la même lettre, Schlegel présente les préoccupations philosophiques du nouvel ami qu´il prend sous son aile : « L´étude de la philosophie lui a donné une capacité exubérante à développer des pensées philosophiques – il ne se tourne pas vers le Vrai, mais vers le Beau – ses écrivains préférés s´appellent Platon et Hemsterhuis (…) ». Pendant plusieurs années, les deux amis resteront en contact, et ce n´est qu´à partir de 1795, au moment de la parution des premières œuvres de Fichte, qu´un intense dialogue philosophique se développera, véritable ferment du premier romantisme allemand.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire